impression sur toile - Cerf élaphe

Photographier le brame du cerf

Table des matières

  1. Introduction
  2. Le brame une période clé dans l’année
  3. Comment photographier le brame du cerf
  4. Mot de la fin

Introduction

En photo animalière automne rime avec brame du cerf. Cette période mythique, et même mystique, des matins sombres et brumeux où les ombres des seigneurs de la forêt ornées de large couronne de bois parcourent les places de brame en faisant résonner leur puissante voix. Au moment où j’écris cet article, le brame a pris fin et la forêt retrouve peu à peu son calme habituel. C’est donc l’occasion pour moi de partager avec vous ce moment magique, mais au combien sensible de la vie du cerf.

Malheureusement les raisons qui me poussent à écrire cet article ne sont pas aussi merveilleuses que cet animal. Je me permets donc un instant de devenir le porte-parole de ces grands mammifères pour essayer d’informer et sensibiliser les gens à leur cause. Ceci afin que les nombreux abus, manque de respect et pratiques illégales que j’ai pu constater cette année ne soient pas voués à se répéter.

brame du cerf - François Vulliet
Un cerf aux aguets

Le brame une période clé dans l’année

Avant de vous expliquer comment le photographier, je vais commencer par le commencement en vous expliquant déjà de quoi il s’agit.

Le nom « brame du cerf » est une expression courante qui reprend en fait le nom que l’on donne au cri du cerf lorsqu’il est en rut, c’est-à-dire une période d’activité sexuelle pendant laquelle les animaux cherchent à s’accoupler.

Chez le cerf élaphe c’est la biche qui déclenche cette période en devenant réceptive sexuellement et les mâles, qui vivent séparément des femelles une bonne partie de l’année, accourent alors pour prendre possession de leur territoire (place de brame). C’est à ce moment-là qu’ils commencent à bramer pour indiquer leur présence aux femelles, intimider leurs concurrents ou défier les individus qui pénétreraient sur ce territoire.

Au fur et à mesure de l’avancée du brame, les mâles victorieux se constituent un harem de biche avec lesquelles ils se reproduiront (même s’il arrive que des jeunes mâles profitent d’un combat entre cerfs plus âgé pour féconder une biche en chaleur). Mais c’est là que les problèmes dont je vous parlais plus haut commencent.

Une biche n’est réceptive sexuellement que 24h dans l’année

Oui vous avez bien lu. 24 heures sur une période de 365 jours c’est le temps dont dispose un mâle pour s’accoupler avec une biche. Chaque biche possède sa propre horloge interne, mais ces 24h sont assez rapprochées et toujours pendant la période du brame.

Et le moindre dérangement peut mener à son échec

biche - brame du cerf - François Vulliet
Une biche attentive

Comment photographier le brame du cerf

Maintenant que vous connaissez et comprenez les enjeux liés à cette période de l’année, je vais pouvoir vous apprendre à être irréprochable lorsque vous serez sur le terrain. Même si comme je dis toujours : dès le moment où l’on met un pied dans la nature, on dérange.

Bien que le brame ne dure que quelques semaines, sa préparation se passe plusieurs mois en amont par des phases de recherche théorique et pratique.

Il faut commencer par se renseigner sur l’espèce, son mode de vie, son comportement et ses habitudes. Pour cela il existe déjà plein de ressources disponibles sur internet et dans des livres spécialisés.

Une fois toutes les informations acquises et maîtrisées, vous pouvez passer à la phase de repérage d’un biotope qui lui conviendrait. Cette partie se passe en journée et bien en dehors du brame du cerf. Cependant même s’ils ne sont pas encore sur la zone, il faut rester le plus discret possible et sur les chemins pour éviter de déranger les autres animaux présents.

Maintenant que vous connaissez la zone comme votre poche et que le brame du cerf approche, vous allez pouvoir commencer à chercher des indices de présence en plaçant des pièges photos aux endroits clés et en repérant les différentes traces laissées. Comme pour les prospections passées, celle-ci s’effectue en journée et sur les chemins/sentiers/routes.

ça y est le brame commence et vous avez choisi votre endroit d’affût (chemin forestier, bord de route ou champs par exemple). Il ne vous reste plus qu’à vous y rendre et être en place avant le lever du soleil. Mais attention c’est la partie la plus délicate de l’aventure. Il vous faudra progresser dans l’obscurité, en étant discret et bien entendu camouflé pour l’occasion. Si vous ne savez pas quoi prendre comme matériel, je vous le présente dans mon article Quel camouflage pour la photo animalière

En fonction de la configuration de l’emplacement choisi, j’emporte avec moi ma tente ou un filet de camouflage et suis moi-même en tenue de camouflage complète.

Ok vous êtes finalement arrivé à destination, il ne vous reste plus qu’à faire attention à quelques autres points importants. En premier toujours vous placer avec le vent de face ou sur les côtés afin que votre odeur ne soit pas portée vers l’animal. Ensuite je vous conseille également de rester à grande distance des animaux et d’utiliser des téléobjectifs et téléconvertisseurs pour être à portée. Ceci autant pour le respect de l’animal que votre sécurité.

Dernier point important: le bruit. Ne commencez pas à mitrailler dès que l’animal apparait ou vous le ferez fuir à tous les coups. Prenez des photos image par image avec des temps morts en observant le comportement du cerf. S’il devient alerte et regarde dans votre direction, faîtes une pause et attendez qu’il baisse sa garde.

Et finalement peu importe l’endroit et dans tous les cas respectez les règles de la zone et les animaux.

Quelques heures plus tard, votre session d’affût est terminée et avec de la chance vous avez eu de belles observations et photos. Il est maintenant temps de rentrer. Dès que les animaux seront partis, vous procéderez alors avec la même discrétion que pour votre venue et retournerez à votre voiture que vous aurez garée à bonne distance et sur un parking autorisé.

daguet et biche - brame du cerf - François Vulliet
Un jeune cerf (daguet) et ses biches

Mot de la fin

Bon et bien voilà, j’ai essayé de couvrir le plus de chose possible dans cet article, mais il n’est pas exhaustif et je pourrais encore continuer longtemps. Cependant je pense que comme ça les bases sont posées et qu’elles vous permettront déjà d’éviter de reproduire ou faire des erreurs lorsque vous serez sur le terrain pour le brame du cerf. Même si idéalement je pense qu’il faudrait complètement éviter d’aller en forêt pendant le brame. C’est pourquoi en général je m’y rends juste avant que ça commence, puis j’attends la fin pour y retourner et faire quelques photos.

Et vous ça se passe comment votre brame du cerf ? Vous voyez beaucoup d’incivilités et/ou manque de respect des règles/animaux ou alors c’est plus tranquille ?


Newsletter

Rejoins la communauté en t’abonnant gratuitement à la newsletter et reçois 3 conseils faciles à appliquer pour améliorer tes photos animalières !

L’abonnement à la newsletter est gratuit et optionnel. En t’abonnant tu acceptes de recevoir périodiquement des e-mails de François. Tu peux te désabonner à tout moment en cliquant sur les liens correspondants en bas de chaque message.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>